1. La terre est encore chaude et les pluies sont abondantes, favorisant le développement du système racinaire. Les plantes installées à cette période seront plus résistantes face à la sécheresse de l’été suivant (et, partant, moins gourmandes en eau) et démarreront plus rapidement au printemps.

2. À ce moment là, la sève se retire des parties aériennes (c’est pourquoi les feuilles sèchent et tombent) pour laisser la plante entrer en repos végétatif. Par contre, le système racinaire, lui, est encore actif et ne travaille que pour lui-même. Il va ainsi pouvoir se développer tranquillement, avant les froids hivernaux.

3. Les végétaux à racines nues, vendus à cette période, sont nettement moins chers que les plants en conteneur ou en motte.

 

Cela dit, dans certaines conditions, il est préférable de reporter au printemps : si votre climat est montagnard, si votre terre est trop lourde et retient trop l’eau.

 

Bien sûr les périodes de gel sont à proscrire absolument, trop dangereuses pour vos nouveaux venus, mais aussi les périodes où les pluies ont été excessives : la terre gorgée d’eau pourrait asphyxier les racines.

Prêtez tout de même attention aux préconisations pour chaque plante, certaines préfèrent une autre saison pour s’installer.